Histoire(s)de Champs-sur-Marne

Champs-sur-Marne, comme toutes les communes avoisinantes des bords de Marne, fut certainement habitée depuis les temps les plus anciens.

Des outils (haches taillées et polies, grattoirs, pointes et flèches en silex, etc) conservés au musée Alfred Bonno de Chelles attestent une occupation néolithique du site de Champs-sur-Marne.

A l'époque gauloise et romaine et sans doute avant, un gué y permettait le passage de la Marne ainsi qu'à Gournay.

Au VIème siècle, les Rois mérovingiens qui habitaient Chelles y venaient certainement chasser avec leurs Leudes ou Grands Officiers.

C'est au VIIème  siècle que le nom de "Champs" est cité pour la première fois.

Dans le "Livre des Miracles" de Saint Babolein, premier Abbé de Saint Maur, on y apprend qu'avec Fursy, premier Abbé de Lagny, ils firent bâtir une église dans un lieu faisant partie du diocèse de Paris, entre Lagny et Gournay, appelé "Campus". (Campi ad Matronam des légions de César).

Plusieurs villages du royaume portant ce nom, le nom de Champs-sur- Marne lui fut attribué

Du Xlème au XlIème siècle, le village de Malnoue ayant été détruit, les habitants se retirèrent à Champs-sur-Marne qui n'avait pas encore de paroisse et y transférèrent la leur. La nomination de la Cure appartenait à l'Evêque de Paris.

En 1393, Jean Pisseleu, Curé de Champs, fut commis pour administrer le bien des religieuses de Malnoue.

Il y eu vers cette époque une léproserie ou maladrerie sur le territoire de Champs à la limite de Gournay. Elle existait encore au XVIlème siècle.

Au XIIe siècle, Champs forma une dépendance religieuse de Malnoue et ne devint paroisse qu'au siècle suivant.

Au XIIe siècle, Charles V assigne des biens qu'il possède à Champs à la dotation des chanoines de Vincennes. À la même époque les d'Orgemont de Lagny sont en partie seigneurs de Champs.

Un petit château féodal subsiste jusqu'à la fin du XVIle siècle. Il eut, entre autres, comme propriétaire la célèbre Marquise de Rambouillet (1588-1665).

Elle y reçut seigneurs et gens de lettres qui exercèrent une grande influence sur les mœurs et la littérature de leur siècle.

En 1709 la population était de 42 feux au dénombrement de 1709, de 68 feux en 1745 et de 395 habitants en 1726.

En 1789, la paroisse de Champs - environ 300 habitants - faisait partie de l'élection et de la généralité de Paris dont elle suivait la coutume. Son église, sous le triple patronage de Saint Marcellin, Saint Pierre et Saint Médard, faisait partie du diocèse de Paris. Elle dépendait, également du grenier à sel de Lagny.

En 1820, le château, dont une partie des jardins et du parc avaient été remis en culture à la Révolution, appartenait au duc de Lévis, pair de France, et en 1826 à M. Grosjean.

Au début du XIXe siècle, le terroir de Champs était en terres labourables, vignes, prairies et bois. Sa population était alors de 330 habitants. Les seules grosses fermes indiquées à l'époque étaient la Haute Maison et Montapeine. En revanche, on y signalait quatre petites maisons bourgeoises.

Si le culte particulier à Saint Marcellin (en réalité Saint Marcel), qui existait chaque 4 septembre à la fin du XIVe siècle, avait disparu, il existait un pèlerinage à Saint Leu avec messe, vêpres, bénédiction des enfants, salut, vénération des reliques et qui subsistera jusqu'au années 1900.

Le 20 Janvier, la compagnie d'arc célébrait Saint Sébastien et la commune avait deux fêtes : le 1er dimanche de juin pour fêter Saint Médard, ce triste élu qui fait tant pleuvoir et le 1er dimanche de septembre en l'honneur de Saint Marcellin, ultime survivance du culte particulier des siècles passés.

A l'aube du XXe siècle, la commune de Champs avait 1 558 habitants dont 418 électeurs.

Elle était administrée par le maire Augé, toiseur-mètreur de son état, l'adjoint Bonnejean et neuf conseillers municipaux. L'instituteur Thuret était secrétaire de mairie.

Champs avait alors deux gardes champêtres dont l'un était également tambour-afficheur. S'il y avait un receveur des contributions indirectes, M. Testevuide, la commune dépendait de la perception de Chelles.

Un instituteur et ses deux instituteurs adjoints s’occupaient des écoles communales. Une institutrice, Melle Petit dirigeait une classe enfantine. Il existait également un asile (école maternelle) libre tenu par les sœurs de la Providence.

Il existait plusieurs sociétés locales : un bureau de bienfaisance (M. le Maire, président), une société de secours mutuels (M. Augé, président), une société de tir (M. Bonnejean, président) et la société des membres honoraires des sapeurs-pompiers (M. Lautier, président).

Les activités économiques du village se résumaient en :

  • douze auberges et débits de vins,
  • trois marchands d'articles de ménages,
  • un bimbelotier,
  • une blanchisseuse,
  • un marchand de bois,
  • trois bouchers,
  • deux boulangers dont un ne faisait que le dépôt de pain,
  • un chapelier,
  • deux marchands de charbons,
  • deux charcutiers,
  • un charpentier,
  • un charron-forgeron-maréchal-ferrant,
  • un chaudronnier,
  • deux cordonniers,
  • deux entrepreneurs de bâtiments,
  • trois entrepreneurs de travaux publics,
  • cinq épiciers, merciers, marchands de faïences, bazars, etc...
  • trois ferblantiers-lampistes,
  • deux fruitiers,
  • un marchand de grains et fourrages,
  • un imprimeur-libraire-papetier,
  • cinq laitiers,
  • un maraîcher,
  • trois menuisiers,
  • une modiste,
  • deux marchands de draperies et nouveautés,
  • un peintre-vitrier,
  • deux perruquiers (coiffeurs),
  • un pharmacien,
  • deux quincailliers,
  • un serrurier,
  • un tailleur,
  • un débitant de tabac,
  • un tapissier,
  • un toiseur-métreur,
  • deux marchands de vins en gros
  • et la ferme de la Haute Maison qui appartenait à Louis Cahen d'Anvers.

Il faut également noter l’influence de l’usine Menier de Noisiel.

En 1906, plus de 42 % des hommes y travaillaient comme chocolatiers, 11% comme manouvriers et lors du recensement on comptabilise 600 campésiens et campésiennes employés à l’usine.

En 1897, une cité ouvrière est construite à Champs-sur-Marne par M. Menier rue de Malnoue pour loger les ouvriers de l’usine (47 logements avec jardinets, un bureau de poste et 4 boutiques).

L’autre principal employeur était le château : près de 80 personnes y travaillaient dans des corps de métiers très divers.

La construction des lotissements du bord de Marne à partir de 1929 (près de 300 maisons) sera le premier développement spectaculaire.

 

Les années 60 verront la construction des HLM des Jonquilles (rue des Prés et avenue de la Morelle …) suivis dans les années 70 par les HLM de la Garenne.

La création de nouveaux équipements municipaux devaient suivre évidemment cette poussée démographique.

Outre diverses extensions de l’école de 1930 aux années 60, la deuxième école fut construite en 1957,  le premier terrain de sports en 1947, la création de la salle des fêtes à l’étage de l’ancienne mairie en 1932 …

Dès les années 60 la ville est intégrée aux projets de développement de l’Est parisien avec la création de la ville nouvelle de Marne la Vallée. Elle fait partie du secteur II dénommé « Val Maubuée » avec cinq autres communes : Croissy-Beaubourg, Émerainville, Lognes, Noisiel et Torcy.

 

L’urbanisation débutera à partir de 1973 la population passera de 5 771 habitants à près de 25 000 début 2000.

Les grands chantiers de réseaux routiers (Voie Primaire Nord, A4), ferrés (RER), d’adduction et d’assainissement d’eaux sont lancés. Ils vont modifier considérablement les liaisons locales.

A fur et à mesure, de nouveaux quartiers se constituent : à la fin des années 70 les Pyramides (autour du centre commercial) est le premier quartier d’habitat collectif puis dans les années 80 celui du Nesles, et du Bois de Grâce avec son groupe scolaire.

L’achèvement des pôles d’accès autoroutiers et de RER structurent une nouvelle organisation du territoire, dans laquelle les espaces verts et boisés sont conservés et intégrés, engendrant de nouvelles entités : Luzard-Picasso, Vignes de Bailly.

 

Créé officiellement en 1983, un nouveau projet important voit le jour : la Cité Descartes autour des grandes structures des établissements d’enseignement (ESIEE, IFU, ENPC, Université…) deviendra progressivement un pôle d’innovation, de développement technologique pour l’est parisien positionné sur les domaines les plus avancés de la technologie.

haut

Paris (Bercy) 21 km - Disneyland Paris 25 km - Aéroport Orly 30 km - Aéroport Roissy 38 km.
La commune de Champs-sur-Marne est desservie par :


la ligne A du RER
station : Noisy Champs


l'autoroute A4
sortie N°10 - Champs-sur-Marne - Cité Descartes

Les accès par la route - Le train - L'avion - Le RER - Les bus - Les taxis


 Accès par la route 

Autoroute A4 (Paris - Metz Nancy)
Sortie N° 10 : Champs-sur-Marne - Cité Descartes
Depuis la Francilienne (N104 - A104)
Rejoindre l'autoroute A4 puis sortie N°10 : Champs-sur-Marne - Cité Descartes


 Accès par le train 

Gare TGV Chessy Marne-la-Vallée
Correspondance RER ligne A
Arrêt : Noisy-Champs
Marne-la-Vallée Chessy - Noisy-Champs
(18 minutes)
puis bus : 213 | 312 | 100
Garde de Lyon
Correspondance RER ligne A
Arrêt : Noisy-Champs
Gare de Lyon - Noisy-Champs
(19 minutes)
puis bus : 213 | 312 | 100
Gare de Paris-Est
Correspondance SNCF Transilien
(ligne Paris-Est • Meaux)
Arrêt : Chelles Gournay
Gare de L'Est - Chelles Gournay
(15 minutes)
puis bus : 213

haut de page


Accès par l'Aéroport 

Guide de l'aéroport de Roissy
Guide de l'aéroport d'Orly


 Accès par le RER 


Ligne A du RER : Saint-Germain-en-Laye, Cergy, Poissy
• Marne-la-Vallée

Arrêt station : Noisy-Champs
La Défense - Noisy Champs (34 minutes)
puis bus : 213 | 312 | 100
horaires ligne A (site de la RATP)

 


Ligne E du RER : Haussmann Saint-Lazare
• Chelles Gournay

Arrêt station : Chelles Gournay
Haussmann Saint-Lazare - Chelles Gournay (28 minutes)
puis bus : 213
Ligne E du RER : Haussmann Saint-Lazare
• Tournan

Arrêt station : Les Yvris Noisy-le-Grand
Haussmann Saint-Lazare - Les Yvris Noisy-le-Grand (24 minutes)
puis bus : 312 | 320
horaires ligne E (site de la SNCF Transilien)

haut de page


 Accès par le bus 

 100 
Torcy RER • Noisiel • Champs-sur-Marne • Créteil l’Echat
plan et horaires de la ligne 100
 212 
Emerainville • Noisy-Champs RER 
plan et horaires de la ligne 212
 213 
Gare de Chelles Gournay RER • Lognes-Le Village
plan et horaires de la ligne 213

 

 220 
Bry-sur-Marne RER • Torcy RER
plan et horaires de la ligne 220
 312 
Arrivée et départ Noisy-Champs RER
plan et horaires de la ligne 312
 320 
Noisy-le-Grand-Mont d’Est RER • Les Yvris Noisy-le-Grand RER 
plan et horaires de la ligne 320

horaires et plan ligne des bus (site de la RATP)

 Noctilien : bus qui circulent toutes les nuits de 0h30 à 5h30 du matin

 N34 
Torcy RER • Gare de Lyon Diderot
plan et horaires de la ligne N34
 N130 
Marne-la-Vallée Chessy TGV • Gare de Lyon
plan et horaires de la ligne N130

horaires et plan ligne du Noctilien (site de la RATP)

haut de page


 Les taxis 

AD Taxi - Monsieur Delamare
06 63 61 68 91

Allo accueil taxi Jean
06 78 10 23 59

Taxi Alexandre
06 81 25 19 56

Taxi Jean-Luc Olive
06 07 54 95 05

Vous êtes jeune Campésien - Votre solution logement - Déclaration de mise en location - Habitat : La Cadal vous aide ! - Je cherche un logement social - Je recherche un logement dans le secteur privéJe suis jeune ou étudiant - J’ai besoin d’un logement adapté


 Vous êtes jeune Campésien 

Vous êtes jeune Campésien, apprenti, étudiant ou jeune salarié et vous recherchez un logement «jeunes» ?
Vous pouvez vous adresser au «service Jeunesse», nous pouvons vous aider.

Service municipal jeunesse : 01 64 73 48 55
Service municipal logement : 01 74 92 10 63
Horaires : du lundi au vendredi de 8h30 à 12h et de 13h30 à 17h45


 Votre solution logement à Champs-sur-Marne 

Vous avez entre 18 et 30 ans*, vous êtes célibataire, salarié(e), intérimaire, étudiant(e), apprenti(e), alternant(e), stagiaire et souhaitez vous loger à Champs-sur-Marne et ses environs. Cette nouvelle résidence est faite pour vous ! Nous vous proposons des logements adaptés à vos besoins et à prix modérés.
> Plus de renseignements


 Déclaration de mise en location 

Le conseil communautaire a acté la mise en place, au 1er octobre 2020, d’une déclaration de mise en location (DML). Cette déclaration s’applique à tous les propriétaires souhaitant mettre en location une résidence principale sur une longue durée.

Sept villes de Paris - Vallée de la Marne sont concernées : Champs-sur-Marne, Chelles, Courtry, Noisiel (cité Menier), Roissy-en-Brie, Torcy et Vaires-sur-Marne.

> En savoir plus


 Habitat : achat, travaux… La Cadal vous aide ! 

La Caisse départementale d’aide au logement, créée et financée par le Département de Seine-et-Marne et subventionnée par la Caisse d'Allocations Familiales de Seine-et-Marne, propose des prêts pour aider au financement dans l'habitat…

> En savoir plus


 

 Je cherche un logement social 

C’est un logement loué pour un prix encadré à des personnes aux revenus modestes ou moyens. Il est financé par des subventions de l’État, de la Région et des prêts spécifiques avec garantie d’emprunt des collectivités territoriales. En contrepartie des financements, chacun d'entre eux a un droit de réservation de logements, appelé contingent, pour lesquels il peut proposer des candidats

Compte tenu de la pénurie de logements sociaux dans de nombreuses communes, la ville de Champs-sur-Marne, malgré près de 37 % de logements sociaux présents sur son territoire, ne satisfait que très difficilement les demandeurs de son fichier sur son propre contingent. Les délais d’attente pour l’obtention d’un logement sont de plusieurs années, car il y a beaucoup de demandeurs (plus de 9 000 pour la ville de Champs dont 968 déjà Campésiens) et peu de logements qui se libèrent. Selon les communes et le type de logement recherché, la demande peut durer en moyenne entre 3 et 10 ans avant d’obtenir satisfaction.

Les conditions :

  • Etre majeur ou émancipé
  • Disposer d'un numéro de sécurité sociale pour le titulaire et le(s) co-titulaire(s) de la demande
  • Etre en situation régulière (carte d’identité ou titre de séjour en cours de validité)
  • Avoir des revenus inférieurs au plafond de ressources (fixé par le gouvernement), validés par l’avis d’imposition
  • Ne pas être propriétaire d’un logement (sauf cas particuliers)
  • Etre officiellement séparé en cas de divorce

Le lieu

Je peux faire ma demande :

- sur internet via le site dédié :  www.demande-logement-social.gouv.fr- en mairie, en retirant un dossier de demande de logement
- dans tout guichet enregistreur situé en Ile-de-France

 

Les étapes si vous faites une demande en mairie :

  1. Remplissez le dossier de demande, aussi appelé formulaire Cerfa :
  1. Munissez-vous du formulaire, d’une pièce d’identité et de la copie de l’ensemble des pièces justificatives nécessaires à l’enregistrement de votre dossier (lien pièces justificatives)
  2. Prenez RDV au 01 74 92 10 63 et déposez le dossier complet au service logement pour faire enregistrer votre demande
  3. Une fois la demande enregistrée, vous recevrez chez vous une attestation d’enregistrement avec votre Numéro Unique Régional (NUR). Ce numéro atteste de votre inscription et vous permet de consulter, modifier, renouveler votre demande en ligne sur www.demande-logement-social.gouv.fr.

ATTENTION !

- L’enregistrement d’une demande de logement ne vaut pas attribution d’un logement

- Il est nécessaire de signaler tous les changements de situation (nouvelle adresse, naissance, divorce, nouvelles ressources…) sur www.demande-logement-social.gouv.fr ou en vous déplaçant au service logement de la ville avec vos justificatifs


- Votre demande est valable 1 an. Elle doit être renouvelée impérativement tous les ans.

Vous pouvez le faire en ligne ou en mairie, en remplissant le même document que pour la première demande.

Soyez vigilants sur la date. Si vous ne renouvelez pas votre demande, elle sera radiée automatiquement par le Service National d’Enregistrement (SNE). Vous serez obligé de recommencer toutes les démarches et vous perdrez votre ancienneté. 

 La mairie n’a pas la possibilité d’annuler une radiation faite par le SNE.

  En plus de votre demande de logement et selon votre situation, vous pouvez solliciter différentes institutions, avec votre numéro unique :
  • Si vous êtes déjà locataire du parc social, vous pouvez déposer une demande de mutation auprès de votre bailleur
  • Vous pouvez également vous rendre sur la plateforme ‘Echanger / habiter’ à l'adresse suivante : https://www.echangerhabiter.fr. Si votre bailleur est adhérent, vous pourrez déposer une demande de mutation
  • Si vous travaillez pour une entreprise de plus de 20 salariés et que votre employeur cotise au 1% patronal, vous pouvez déposer une demande auprès de votre employeur
  • Si vous êtes fonctionnaire et que vous travaillez au Conseil départemental ou régional, à l’Education nationale ou dans la police ou pour l’Etat, vous pouvez déposer une demande auprès de votre administration
  • Si vous êtes sans logement ou mal logé, vous pouvez faire un recours DALO (Droit au Logement Opposable) auprès de la Préfecture

DALO signifie Droit au Logement Opposable. Instauré par la loi DALO en 2007, ce droit vise à faire reconnaître le caractère prioritaire et urgent d’une demande de logement. Une commission de médiation évalue les situations individuelles des demandeurs pour qu’une proposition de relogement soit faite par le Préfet.

Le DALO est ouvert uniquement aux personnes :

  • n’ayant pas eu de réponse à leur demande de logement dans un délai anormalement long (durée fixée par arrêté à trois ans par le Préfet de Seine-et-Marne),
  • dépourvues de logement,
  • menacées d’expulsion sans relogement,
  • hébergées temporairement,
  • vivant dans des locaux impropres à l’habitation présentant un caractère insalubre ou dangereux (justificatifs nécessaires),
  • handicapées ou ayant à charge une personne handicapée,
  • vivant dans des locaux sur-occupés ou ne disposant pas des équipements et du confort exigés.

Si vous répondez à un de ces critères définis par la Préfecture, vous pouvez constituer un dossier pour demander à être reconnu comme prioritaire, au moins 6 mois après le dépôt de votre première demande.

Comment faire ?

Vous pouvez retirer le formulaire en mairie ou sur le site https://www.formulaires.service-public.fr/gf/cerfa_15036.do

Vous ne pouvez déposer qu’un seul dossier à la fois devant la commission de médiation du département où vous souhaitez être logé.

Aussi, si vous souhaitez résider dans le 77, il vous faudra l’envoyer avec l’ensemble des documents demandés à l’adresse suivante :

Secrétariat de la Commission de médiation DALO de Seine-et-Marne
B.P. 90752
77017 Melun Cedex

Après le dépôt de votre formulaire, vous recevrez un accusé réception du secrétariat de la commission de médiation.

Si elle estime que cela est justifié au regard de la loi, elle pourra vous déclarer prioritaire pour être relogé sur son contingent. Cette priorité n’est valable que pour un type de logement (T1, T2…) et sur un seul département.

Un courrier avec l’avis de la commission vous sera transmis par les services de l’Etat dans un delai de 3 mois.

Sans réponse au bout de 3 mois, il faut considérer que votre demande a été rejetée.

1/ Un logement se libère.

2/ Le bailleur en informe quand il le souhaite le réservataire (En effet, le bailleur peut vouloir faire des travaux ou autres dans le logement qui s’est libéré)

Il y a différents réservataires dans une même résidence. Ce peut être par exemple la Préfecture, le 1% patronal ou la Mairie.

3/ Le réservataire du logement recherche des candidats car il a l’obligation de faire au minimum trois propositions pour chaque logement

4/ Pour ce qui concerne le contingent municipal, chaque candidat doit constituer un dossier complet avec les copies de l’ensemble des justificatifs demandés et le déposer au service logement de la Mairie sous 7 jours.

5/ La mairie vérifie le dossier et le transmet au bailleur.

S’il manque des documents, ou si le bailleur en demande d’autres, le candidat doit les transmettre au bailleur avec copie à la Mairie

6/ Chaque bailleur organise une Commission d’Attribution des Logements (CAL), au minimum 3 semaines après l’envoi des dossiers. La CAL est composée de représentants du bailleur, de la Mairie, de l’Etat, de la CAF et des locataires mais le décisionnaire final reste le bailleur, propriétaire du logement.

Cette commission examine les candidatures et décide à qui va être attribué le logement.

J’habite en province et je souhaite faire une demande de logement en Ile-de-France

D’ici quelque temps, la législation devrait changer et les demandes seront nationales.

Aujourd’hui, le formulaire de demande de logement  cité n’est valable que pour l’Ile de France. Il faut donc remplir sa demande sur internet sur www.demande-logement-social.gouv.fr

Je veux retirer une personne de ma demande de logement

Cela ne peut être fait sans l’accord du co-titulaire. Celui-ci doit établir une attestation sur l’honneur précisant sa volonté d’être supprimé de la demande, sa volonté de déposer une demande en son nom le cas échéant et ses coordonnées.

Je vais avoir un enfant

Il faut fournir un certificat de grossesse. Cela ne constitue pas un critère de priorité.

Mon conjoint est décédé

Il faut transmettre un certificat de décès au service logement

Nous sommes propriétaires, nous nous séparons mais notre logement n’est pas encore vendu

Il faut attendre d’avoir un compromis de vente, même si la séparation est effective, pour pouvoir prétendre à un logement social

Je n’ai pas de logement ou je suis en situation de grande précarité

Contactez le 115. Vous pouvez également vous adresser au service Solidarité de la mairie ou au service logement, afin d’être orienté au mieux

Comment puis-je être prioritaire ?

Les seuls critères de priorité sont fixés par la loi, via une reconnaissance DALO (lien vers le DALO)

Les entreprises du secteur privé non agricole, qui emploient plus de vingt salariés, peuvent cotiser au 1% patronal. Elles ont ainsi accès à un contingent de logements géré par Action logement.

Après avoir fait votre demande de logement, renseignez-vous auprès de votre employeur pour bénéficier éventuellement d’une attribution de logement par ce biais.

Pour connaître les démarches à effectuer, vous pouvez vous adresser :

  • au dirigeant de l’entreprise
  • au service du personnel
  • au comité d’entreprise (si plus de 50 salariés)
  • au service social de votre entreprise

 Je recherche un logement dans le secteur privé 

Les propriétaires demandent généralement que vos ressources soient au moins égales à trois fois le montant du loyer. Il peut vous être demandé un garant (familial, amical, GRL, Loca-pass, Fonds de solidarité habitat) pour l’accès au logement.

Liens utiles :

https://www.actionlogement.fr/l-avance-loca-pass

https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F1334

https://www.visale.fr/

Les agences immobilières peuvent vous accompagner dans vos recherches. Elles vous demanderont de payer des frais d’agence au moment de la signature du bail, si vous trouvez le logement par leur biais. En revanche, il est déconseillé de payer des frais d’inscription aux agences pour accéder à leurs listes de logements mis en location.

Pour les foyers à revenus modestes, vous pouvez vous adresser à une agence immobilière à vocation sociale.
Renseignements auprès de Solidarité Habitat IDF : 01 44 64 04 40


 Je suis jeune ou étudiant 

Il existe différentes résidences étudiantes / Jeunes actifs à Champs-sur-Marne. Vous pouvez prendre contact avec le service municipal de la Jeunesse pour plus de renseignements au 01 64 73 46 18

Les résidences sont le plus souvent conventionnées ce qui ouvre le droit au aides au logement versées par la CAF.

La Caisse d’Allocations Familiales fixe le montant auquel vous avez droit après étude de votre dossier et selon la résidence, la Caf vous verse soit l’APL soit l’ALS.

Le montant de cette aide peut varier en fonction :

  • De vos ressources,
  • Du montant de votre loyer,
  • De la nature du logement,
  • Du lieu d’habitation.

 Le logement pour étudiants

Il existe de nombreuses résidences universitaires / étudiantes à Champs-sur-Marne. Elles sont gérées par diverses structures. Prenez contact avec le CROUS ou le Bureau des Etudiants (BDE).

Par ailleurs, vous trouverez des renseignements sur Internet.

Le logement en résidence sociale pour les jeunes actifs

Ce type de logement est soumis à différents critères. Ce sont souvent les suivants :

  • avoir entre 18 et 25 ans, (voire 30 ans dans certaines structures) ;
  • être sans enfant à charge ;
  • être salarié (CDI, CDD, intérimaire) ou en alternance, demandeur d’emploi en recherche active

La mission locale est un espace d’intervention au service des jeunes de 16 à 25 ans. Elle vous apporte une aide individualisée dans la réalisation de votre projet professionnel et peut vous orienter et vous informer sur les structures les plus adaptées à vos besoins en termes de logement ou d’hébergement.


 J’ai besoin d’un logement adapté 

En situation de handicap ou de perte d’autonomie

Avant de choisir de déménager, renseignez-vous sur les aides existantes pour faire adapter votre logement à vos besoins auprès de Solidarité pour l’Habitat (SoliHa). C’est une association spécialisée qui accompagne les propriétaires occupants, les propriétaires bailleurs ou les locataires qui souhaitent réaliser des travaux d’adaptation et d’accessibilité.

Elle propose une évaluation individuelle et un accompagnement pour les travaux d’adaptation, de l’élaboration du projet aux travaux en passant par le financement.

Coordonnées Soliha Seine et Marne
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Téléphone : 01 64 09 12 72

 Les hébergements pour personnes adultes handicapées

Différents types de structures proposent des hébergements aux personnes porteuses de handicap, en fonction de leur degré d’autonomie et de leurs besoins spécifiques :

  • les foyers d’hébergement,
  • les foyers de vie,
  • les foyers d’accueil médicalisé,
  • l’accueil familial social.

Vous trouverez les renseignements auprès du PAT (pole Autonomie territorial) de Lagny

Adresse : 33 Rue Henri Dunant, 77400 Lagny-sur-Marne
Téléphone : 01 60 31 52 80
https://www.clic-lagnymlv.fr/

 Les établissements pour personnes âgées

Les Foyers logements accueillent des personnes valides à partir de 60 ans, capables de vivre dans un logement indépendant, mais ayant occasionnellement besoin d’être aidées.

Les EHPAD sont des établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes.

Les demandes d’hébergement sont à faire directement auprès des établissements. Chaque structure fixe ses critères d’accès et ses tarifs

Vous pouvez vous rapprocher du Service Solidarité de la mairie pour d’autres renseignements ou du PAT de Lagny

Adresse : 33 Rue Henri Dunant, 77400 Lagny-sur-Marne
Téléphone : 01 60 31 52 80
https://www.clic-lagnymlv.fr/


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettent le bon fonctionnement de notre site et de ses services. En savoir plus J'ai bien compris